On 14 March at the 34th session of the Human Rights Council in Geneva, Switzerland issued a statement on human rights issues in Bahrain, Vietnam, Colombia, Egypt and South Sudan. In the section about Bahrain, the Swiss intervention highlighted the repression against the civil society and expressed concern over freedom of expression, the right to a fair trial, the use of torture, excessive force and reprisals against human rights defenders. In the statement, Switzerland called on the Bahraini government to release all human rights defenders and detainees who are in prison for exercising their fundamental human rights, including Nabeel Rajab. 

Read the full statement in French below. 

 

Monsieur le Président,

La Suisse s’alarme de la répression contre la société civile constatée dans de nombreux pays et en violation des obligations internationales de ces derniers. Au Bahreïn, celle-ci concerne tant les défenseurs des droits de l’homme et l’opposition politique que toute personne qui exerce son droit à la liberté d’expression et se montre critique à l’encontre du gouvernement. Le recours à la torture, l’insuffisance des garanties de procès équitable, les cas d’usage excessif de la force dans le contexte des manifestations pacifiques ainsi que les représailles contre les victimes qui constatent des violations de droits de l’homme ou les personnes qui coopèrent avec les Nations Unies sont préoccupantes. La Suisse appelle le gouvernement à garantir le respect des droits de l’homme de tout individu, à libérer toute personne détenue du seul fait d‘avoir exercé leur droits fondamentaux, notamment Nabeel Rajab et d’autres défenseurs des droits de l’homme, et à collaborer pleinement avec les procédures spéciales de ce Conseil.

La limitation du droit de réunion pacifique au Vietnam est une autre source de préoccupation. La Suisse appelle le gouvernement à permettre la tenue de tout rassemblement pacifique et à protéger les manifestants contre toute forme de menace et de harcèlement. En Colombie, la Suisse s’inquiète des menaces grandissantes auxquelles font face certains pans de la société civile, dont de nombreux représentants subissent des intimidations, sont attaqués, voire assassinés du fait de leur engagement en faveur des droits de l’homme. Elle encourage le gouvernement à poursuivre ses efforts dans la protection de ces personnes.

Par ailleurs, la Suisse encourage l’Egypte à assurer un environnement sûr et propice pour la société civile. Elle constate avec préoccupation une limitation exercée envers les activités de la société civile et des défenseurs des droits de l’homme, avec des procédures judiciaires non-fondées engagées contre des ONG ou leurs représentants, également visés par le gel de leurs avoir ou des interdictions de voyager non justifiés. Dans le contexte de l’actuelle révision de la loi sur les ONG, la Suisse salue les efforts de l’Egypte pour saisir cette occasion pour permettre à la société civile d’assumer pleinement le rôle-clé qu’elle peut jouer dans le pays, conformément à l’engagement pris lors de la candidature à ce Conseil.

Enfin, la Suisse est gravement préoccupée par la restriction illégitime de l’espace de la société civile au Soudan du Sud et par l’augmentation concomitante généralisée du discours haineux. Elle condamne les violations des droits de l’homme commises à l’encontre des journalistes et des acteurs de la société civile et appelle le gouvernement à créer un environnement favorable au respect des droits de l’homme.

Je vous remercie.